13 novembre 2015...

Ce commentaire d'un lecteur du Huffington Post est tout ce qui est à retenir.

"La France incarne tout ce que les fanatiques religieux haïssent : la jouissance de la vie ici, sur Terre, d'une multitude de manières : une tasse de café qui sent bon, accompagnée d'un croissant, un matin ; de belles femmes en robes courtes souriant librement dans la rue ; l'odeur du pain chaud ; une bouteille de vin partagée avec des amis, quelques gouttes de parfum, des enfants jouant au jardin du Luxembourg, le droit de ne pas croire en Dieu, de ne pas s'inquiéter des calories, de flirter et de fumer, et de faire l'amour hors mariage, de prendre des vacances, de lire n'importe quel livre, d'aller à l'école gratuitement, de jouer, de rire, de débattre, de se moquer des prélats comme des hommes et des femmes politiques, de remettre les angoisses à plus tard : après la mort. Aucun pays ne profite aussi bien de la vie sur terre que la France. Paris, on t'aime. Nous pleurons pour toi. Tu es en deuil ce soir, et nous le sommes avec toi. Nous savons que tu riras à nouveau et chantera à nouveau, que tu feras l'amour et que tu guériras, parce qu'aimer la vie fait partie de ce que tu es.

Les forces du mal vont reculer. Elles vont perdre. Elle perdent toujours."

Les dessins de Joan Sfar

Méthode de résolution du Rubik's Cube

Après 30 ans d'échecs, j'ai été confronté de nouveau au diabolique Rubik's Cube par l'intermédiaire d'un jeune garçon qui m'a ouvert la voie à la compréhension de la résolution de cet objet.

RC.jpg

J'ai donc cherché sur Internet une méthode simple me permettant de résoudre ce mystère, il en existe tout un tas plus ou moins performantes (le record du monde est à 5'55 !), je vous offre la mienne, un mix de plusieurs qui a l'avantage de ne pas demander de réfléchir au sens de rotation des pièces des cubes, il suffit de répéter chaque étape jusqu'à obtenir le résultat escompté avant de passer à la suivante.

Méthode résolution du Rubik's Cube 3x3x3

Raspberry Pi en mode kiosque

Le Raspberry Pi est une machine formidable à faible consommation électrique qui vous permet de réaliser tout un tas de choses à moindre coût.




Je vous propose une documentation pour réaliser un système d'affichage plein écran pour une page web ce qui peut s'avérer très pratique pour mettre en place un système de suivi d'informations en temps réel.

Raspberry Pi en mode kiosque.pdf

Colobot

Le code source du jeu CoLoBoT a été rendu public sous licence GNU GPL au mois de mars 2012. Fonctionnant à l'origine uniquement sous Windows le portage sous librairie SDL a permis de pouvoir y jouer sous GNU/Linux

CoLoBoT est un mélange d'un jeu de stratégie en temps réel et d'une initiation à la programmation. Le scénario vous place à la tête d'une expédition spatiale, composée d'un seul humain (vous) et de quelques robots. Vous devrez explorer et coloniser différentes planètes, tout en cherchant des matières premières nécessaires à votre survie.

L'originalité du jeu réside dans le fait que c'est vous qui programmez les robots pour effectuer des tâches automatisées ou répondre à une menace. Le langage utilisé est une sorte de C++ simplifié qui permet de s'initier au développement de façon ludique.



Le site officiel
L'installation sous Ubuntu

A méditer pour finir l'année 2013

Une usine de fabrication de dentifrice avait un problème : à cause de la façon dont la ligne de production avait été conçue, certaines boites étaient livrées vides sans tube à l’intérieur. Les gens qui conçoivent ce type d’unités de production vous expliqueront qu’il est très difficile d’avoir 100% de réussite dans un environnement industriel et qu’il est nécessaire de mettre en place un contrôle de qualité tout au long du processus afin de s’assurer que le consommateur final ne soit pas frustré de son achat et choisisse finalement le produit d’un concurrent.

Comprenant l’importance économique de l’enjeu, le PDG de l’usine réunit les cadres pour réfléchir à une solution. Comme le département de recherche et d’ingénierie était réduit au strict minimum, il fut décidé de recourir à l’expertise d’un bureau d’étude externe pour résoudre le problème des boites vides.

Le projet suivi le déroulement habituel : budget, propositions, choix de prestataires et 6 mois (et 8 millions d’euros) plus tard, une solution fantastique était fournie. Le projet s’était déroulé dans les temps, avec le budget prévu et dans une bonne ambiance. Le problème avait été résolu en utilisant des balances de haute précision qui mesuraient le poids d’une boite et qui déclenchaient une sirène et un gyrophare en cas d’absence du tube dans son emballage. La ligne de production s’arrêtait alors et quelqu’un devait enlever la boite de la chaine puis appuyer sur un bouton pour remettre en route le système.

Peu après, le PDG décida de mesurer le retour sur investissement de la solution : impressionnant ! Plus aucune boite n’était expédiée vide après la mise en place des balances. Peu de plaintes des consommateurs et un gain de parts de marché. « Voilà de l’argent bien dépensé ! » se dit-il, avant de regarder de plus près les autres statistiques du rapport.

Le nombre de boites vides détectées par les balances était nul après trois semaines de mise en production… Comment cela pouvait-il être possible ? Il y aurait dû y avoir au moins une douzaine de boites par jour, quelque chose ne collait pas dans ce rapport. Il demanda aux ingénieurs de vérifier de nouveau les chiffres et ils confirmèrent leur exactitude. Les balances ne détectaient AUCUNE boite vide, car toutes celles qui étaient présentes sur la chaine étaient correctement remplies.

Perplexe, le PDG descendit dans l’atelier et se dirigea aux endroits où les balances de haute précision étaient installées. Quelques mètres avant la première, il découvrit un ventilateur qui soufflait sur le tapis convoyeur, envoyant les boites vides dans une caisse. Intrigué, le PDG interpella un des ouvriers qui lui déclara, « Le ventilateur ? Un des gars l’a mis parce qu’il en avait marre de se déplacer à chaque fois que la cloche sonnait ! »

8 millions d’euros contre 20 euros…

Argent bien dépensé ?


Le texte d'origine

La fin de l'abondance - L'économie dans un monde post-pétrole

Quoi qu’en disent les adeptes du développement durable, les substituts aux énergies fossiles abondantes et bon marché n’existent pas. Aucune source d’énergie alternative ne pourra offrir un rendement aussi élevé que celui des énergies fossiles. Puisqu’ils refusent d’intégrer cette réalité, les modèles économiques dominants ne peuvent rendre compte de l’après-pétrole, et les habitants des sociétés industrielles sont incapables se préparer aux profondes mutations qui les attendent.

Plongeant aux fondements de la pensée économique depuis Adam Smith, La fin de l’abondance montre que l’actuelle orthodoxie néoclassique fait fausse route en traitant la Terre et ses ressources comme des facteurs de production inépuisables, ce qu’elles ne sont pas.

Avec les énergies alternatives diffuses, l’humain pourra peut-être réchauffer l’eau du bain, mais il ne pourra faire tourner les gigantesques turbines électrogènes qu’exige notre société de transformation industrielle, de consommation, de déplacements gigantesques et d’information électronique. Au fond, écrit Greer, l’ère industrielle tout entière, fondée sur les sources d’énergies concentrées et accessibles, aura peut-être représenté la plus grande bulle spéculative de l’histoire.

Traçant du monde de demain un portrait qui évoque explicitement le tiers-monde, John Michael Greer plaide en faveur des technologies intermédiaires chères à E.F. Schumacher (Small is Beautiful), de changements politiques propres à adoucir la transition… et d’une bonne dose de stoïcisme.

le_fin_de_labondance.jpg

Un livre aux éditions écosociété.

Lenteur mode d'emploi

Apprendre à résoudre les problèmes sur le long terme pour une meilleure qualité de vie.

Que faire quand les choses ne tournent pas comme elles le devraient dans un monde où tout va trop vite ? Un grand nombre de personnes optent pour la solution rapide, soit disant miracle, qui ne fait que reporter le problème, sans le résoudre, voire qui l'aggrave. Pour réellement avancer, il faut accepter de prendre un peu de temps et voir les choses à plus long terme pour trouver de véritables solutions. Dans cet essai, Carl Honoré, pionnier du "slow", poursuit sa démarche et propose de vrais outils pour s'attaquer aux difficultés rencontrées au quotidien, dans la vie privée mais aussi professionnelle, dans les relations, l'éducation...

Réexaminer calmement les choses pour définir ses priorités, opter pour de petits changements pour un réel bénéfice.

Un livre aux éditions Marabout.

Hack ton corps

J'ai perdu 9 kilos depuis le mois de février, rien d'extraordinaire me direz-vous, les régimes les plus en vogues vous en promettent autant en moins de temps.

Ce qui peut être intéressant dans ma démarche, c'est qu'il ne s'agit pas d'un régime, juste un ré-ajustement de mes habitudes alimentaires.

Pour vous situer le bonhomme, je mesure 1,78 m et pèse 70 kilos (maintenant), je ne fais pas de sport et je ne crache pas sur une bonne bouffe et une bière de temps en temps.

Afin d'arriver à ce résultat voici la maxime que j'ai fait mienne :

« Mange comme un roi le matin, comme un prince à midi et comme un mendiant le soir . »


Comme un roi le matin...

Le matin, je déjeune, chose que je ne faisais plus avant, impossible qu'il m'était d'avaler autre chose qu'une simple tasse de café. J'ai retrouvé le plaisir du petit déjeuner lorsque j'ai commencé à alléger mes repas du soir (Comme un mendiant...), j'ai recommencé à apprécier un petit déjeuner solide se composant de :

1 thé avec un sucre

2 tartines (gâche ou brioche) recouvertes de confiture de fraise (pas de beurre)


Comme un prince à midi...

Je pense que nous sommes nombreux à midi à céder à la tentation du tout fait facile à acheter, peu sont ceux qui emmènent leur déjeuner (généralement plus le lundi, les restes du week-end y étant pour quelque chose).

Donc à midi, je mange ce que je trouve à proximité de mon emploi, sandwichs, salades, pizza, plats cuisinés, Subway et Quick ou McDo le vendredi, un petit restaurant de temps en temps. Comme vous pouvez le constater, mon déjeuner ne me pose aucun état d'âme, je bois de l'eau pendant mon repas ou un soda le vendredi (junk food oblige), je ne regrette pas ce que je mange et je ne bois pas de soda avec édulcorant (le cerveau carbure au sucre).


Comme un mendiant le soir...

J'ai commencé cette variation sur mon alimentation au mois de février (saison froide), c'est peut être une des raisons qui m'ont permis de perdre du poids rapidement et de façon pérenne loin de toutes ces méthodes qui vous promettent 2 tailles de maillot en moins pour les vacances au bord de la mer.


Mon diner est assez spartiate :

1 soupe en brique (30 cl)

Quelques noix (6 à 10)

« Qui dort dine »...

Intéressant comme proverbe, en effet, la nuit notre corps n'a pas besoin d'un apport calorique aussi important que la journée, d'où l'intérêt d'alléger le souper ce qui aura pour conséquence le lendemain matin de nous mettre dans de parfaites dispositions pour apprécier le petit déjeuner (Comme un Roi...)

Il m'arrive certains soirs de sortir et de profiter de plats plus riches qu'une simple soupe, peu importe ! Pas de restrictions les jours suivants je reprends mon rythme de croisière et mon poids reste stable.

Pour ceux qui m'objecteront que c'est facile de se nourrir correctement lorsqu'on est seul, j'opposerai le fait que je ne le suis pas et que j'ai 2 enfants pour lesquels je prépare un repas auquel je ne touche pas (interdiction de finir les assiettes).

Je ne mange pas de produits laitiers en dehors de ce que je trouve dans les plats préparés, j'adore le fromage mais ça devient rapidement incontrôlable, je ne mange pas de charcuterie et tant mieux pour moi ça limite le sel , je me répète, je ne bois pas de sodas avec édulcorants, mon cerveau à besoin de sucre, ça lui fait plaisir et enfin Je prends mes repas à heures régulières.

Je résume :

  • Mange comme un roi le matin, comme un prince à midi et comme un mendiant le soir.

  • Discipline dans l'exécution des repas au niveau du contenu le soir et des horaires.

  • Arrêtez les édulcorants ou votre cerveau se vengera.

Maintenant, la question essentielle : A quoi cela me sert-il ?

Je n'en ai pas la moindre idée, peut-être juste prouver une théorie que je supposais vraie, mais je vais bien finir par y trouver un intérêt.

L'innovation Jugaad - Redevenons ingénieux !

Jugaad est un mot hindi populaire qui peut être traduit à peu près par " l’art de concevoir des solutions ingénieuses, largement pratiqué dans les pays émergents" : c’est littéralement l’art de « faire plus avec moins » dans des conditions difficiles.


Dans un monde où les ressources financières et énergétiques se restreignent, les entreprises occidentales s’inspirent de plus en plus de l’art de concevoir des solutions ingénieuses développées dans les pays émergents.
Les entrepreneurs jugaad perçoivent les fortes contraintes comme autant d’incitations à innover. Ce livre fait la lumière sur la façon dont ces innovateurs jugaad pensent et agissent, et identifie les précieuses leçons dont l’Occident tire déjà profit.

Un livre aux éditions diateino

Le printemps québécois - Une anthologie

Du déclenchement de la grève étudiante aux élections générales de septembre, en passant par l’adoption de la loi spéciale et les manifestations de casseroles, que s’est-il passé durant le Printemps québécois ? Que nous reste-t-il de cette grève étudiante et du mouvement social qui ont tant polarisé les débats publics ? Quels événements, quels mots, quelles images ont marqué notre mémoire collective ? Le Printemps québécois. Une anthologie propose un retour sur ce moment particulièrement dense et animé de l’histoire contemporaine du Québec.

Layout 6

Un livre aux éditions Ecosociété

Une éolienne en Afrique

À 14 ans, William Kamkwamba construit une éolienne avec une roue et une dynamo de vélo. Il sauve son village de la pauvreté.


Le Malawi. Un petit pays d’Afrique australe coincé entre le Mozambique, la Tanzanie et la Zambie. Espérance de vie : 49 ans pour les hommes, 51 ans pour les femmes. C’est l’une des régions les moins urbanisées du continent africain. À 14 ans, William Kamkwamba n’a malheureusement plus le temps d’aller à l’école. Il doit aider ses parents aux champs. Dès que les travaux agricoles lui laissent un peu de répit, il file à la bibliothèque du bourg, une petite pièce sombre où sont rangés quelques livres. L’un d’eux attire son attention. Ce n’est pas un roman. C’est un manuel technique, Using Energy, dans lequel il découvre le schéma d’une éolienne. Un livre publié aux éditions Globe.

Quoi de neuf ? Du rôle des techniques dans l'histoire globale

Entrelaçant histoire politique, histoire économique et histoire culturelle, ce livre met en cause l’idée selon laquelle nous vivrions une ère de transformations techniques toujours plus rapides et suggère que les technologies les plus importantes pour le XXIe siècle ne sont guère reconnues pour telles. En sapant la technophilie naïve et infondée (par exemple l’idée d’un prétendu âge de l’information), et sans pour autant donner prise à une technophobie non moins naïve, Edgerton appelle et inaugure une façon radicalement neuve de penser la technique dans l’histoire.

Un livre aux éditions du Seuil

L'économie du bien et du mal

Qu'est-ce que l'économie ? Pourquoi est-elle trop souvent considérée comme une science exacte ? Pourquoi sommes-nous si dépendants de la croissance permanente ? D'où vient l'idée du progrès économique et où nous conduit-elle ?

Tomás Sedlácek se pose ces questions fondamentales et y répond en envisageant l'économie non pas comme une science, mais comme un phénomène culturel et un produit de notre civilisation étroitement liés à la philosophie, aux mythes, à la religion, à l'anthropologie et aux arts.

Un livre aux éditions Eyrolles.

L'éloge du carburateur

Docteur en philosophie de l'Université de Chicago et réparateur de motos, Matthew B. Crawford a fait le choix de laisser derrière lui le bureau du Think Tank de Washington dans lequel il était employé pour remplir sa vie de sens en choisissant un métier "manuel" qui lui apportait plus de plénitude qu'un emploi "intellectuel".

A travers cette oeuvre publiée aux éditions La Découverte, l'auteur nous explique la démarche qui l'a conduit à choisir une telle voie et pourquoi il convient de reconsidérer les options qui sont offertes aux générations futures que l'on pense, à tort, engagées dans une course forcenée aux diplômes.



L’Éthique des hackers

Qui aurait cru qu’une poignée de hackers binoclards seraient à l’origine de la plus grande révolution du xxe  siècle ?
Le livre culte de Steven Levy, histoire vraie de l’équipe de geeks qui ont changé le monde.

Des années 50 à 80, Steven Levy nous raconte l'histoire des "hackers" historiques du MIT qui ont compris avant tout le monde l'importance que les ordinateurs et la programmation allaient occuper dans le Monde à venir. Un livre publié aux éditions Globe.




- page 1 de 7